Un site du centreleonberard.fr

Nutrition et activité physique : Introduction

Les répercussions des modifications de l’environnement et des habitudes alimentaires sur l’homme et plus particulièrement sur l’augmentation constatée de l’incidence de certains cancers sont devenues une préoccupation majeure de santé publique et un enjeu important pour la recherche scientifique.

Le terme de « nutrition » est considéré dans une acception qui comprend tant les apports nutritionnels et donc l’alimentation, que les dépenses énergétiques via l’activité physique, dont l’augmentation est un objectif à part entière du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Comme le définit l’Organisation Mondiale de la Sante (OMS), la nutrition correspond à « l’apport alimentaire qui répond aux besoins de l’organisme. Une bonne nutrition, c’est-à-dire un régime adapté et équilibré, et la pratique régulière d’exercice physique, sont autant de gages de bonne santé ». La nutrition est un facteur comportemental sur lequel il est possible d’agir pour la prévention des cancers.

Une alimentation inadéquate associée à une activité physique insuffisante est un déterminant majeur des principales maladies chroniques telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète de type 2, l’obésité, l’hypertension artérielle et certains types de cancer (OMS, 2003).

De nombreux facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux (tabac, rayonnement solaire, expositions professionnelles…) peuvent concourir au développement d’un cancer.
25 à 30 % des cancers seraient imputables aux comportements individuels tels que le tabagisme et la consommation d’alcool (OMS). Environ un tiers des cancers pourraient être évités par les populations en modifiant l’alimentation, en augmentant le niveau d’activité physique et en maintenant un poids optimal (WCRF/AICR). Prévenir le cancer relève entre autres d’un équilibre entre alimentation et mode de vie.

Les données actuelles

Novembre 2007 est marqué par la publication de la deuxième édition d’un rapport scientifique de référence, fruit de l’analyse des études scientifiques disponibles sur les liens entre certaines habitudes de vie et le risque de différents types de cancer : le rapport Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective, « Alimentation, Nutrition, Activité Physique et Prévention du Cancer : une perspective mondiale ».

Ce rapport d’experts a impliqué plus de 200 scientifiques à travers le monde et a été supervisé par un panel de 21 scientifiques de renommée mondiale dans le domaine alimentation et cancer. Il est publié conjointement par le Fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC) / World Cancer Research Fund (WCRF) et l'American Institute for Cancer Research (AICR). Ce document, qui a nécessité 5 ans de travail, passe en revue de façon systématique plus de 7000 études scientifiques sur le lien entre l’alimentation, la composition corporelle, l’activité physique et cancers de différentes localisations.

Les relations entre la nutrition et le risque de cancers ont été étudiées : certains facteurs comme l’activité physique, la consommation de fruits et légumes et l’allaitement peuvent réduire le risque de cancers. D’autres facteurs, en revanche, peuvent augmenter leur risque de survenue : c’est le cas du surpoids et de l’obésité, de la consommation de boissons alcoolisées et de la consommation excessive de viandes rouges et de charcuteries ou de sel.

C’est sur la base de ce rapport que des recommandations ont été émises en France et reprises dans la brochure « Nutrition & prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations » (INCa, Réseau NACRe, 2009). Retrouvez sur le site internet du réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRe) une présentation de ces recommandations pour la prévention primaire des cancers pour la population française et de la démarche qui a permis d’y aboutir à partir des connaissances scientifiques : 

Synthèse de ce que l’on sait

Facteurs nutritionnels qui augmentent le risque de cancers : un niveau de preuve « convaincant »

- Surpoids et obésité :

  • L’augmentation du risque est jugée convaincante pour les cancers de l’œsophage, du pancréas, du côlon-rectum, du rein, de l’endomètre et du sein (chez les femmes ménopausées).
  • Le risque de cancers est minimal lorsque l’Indice de Masse Corporelle (IMC) est maintenu entre 18,5 et 25 kg/m². L’IMC correspond au poids, exprimé en kilogrammes, divisé par le carré de la taille, exprimée en mètre.

Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de plusieurs cancers (de 8 à 55% selon les localisations pour chaque augmentation de l’IMC de 5 kg/m²) (INCa, Réseau NACRe, 2009).

- Boissons alcoolisées :

  • L’augmentation du risque est jugée convaincante pour le cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, du côlon-rectum (chez l’homme) et du sein (chez la femme).

La consommation de boissons alcoolisées augmente le risque de plusieurs cancers (de 9 à 168% par verre consommé par jour, selon les localisations). Le risque augmente avec la quantité totale d’alcool consommée, quel que soit le type de boisson alcoolisée. L’augmentation est significative dès une consommation moyenne d’un verre par jour, qu’elle soit quotidienne ou concentrée sur certains jours de la semaine.

- Viandes rouges et charcuteries :

  • La consommation excessive de viandes rouges (bœuf, porc, mouton, chèvre) et charcuteries augmente le risque de cancer du côlon et du rectum. L’augmentation pour le risque de cancer colorectal est estimée à 29 % pour chaque portion de 100 g de viandes rouges consommée par jour et à 21% pour chaque portion de 50 g de charcuteries consommée par jour.

- Compléments alimentaires à base de bêta-carotène :

  • Des études d’intervention ont montré que chez les sujets exposés à des cancérogènes tels que les fumeurs, la consommation au long cours de compléments en bêta-carotène à des doses non nutritionnelles (20 à 30 mg/j) augmente significativement le risque de cancer du poumon (Omenn, 1996 ; Albanes, 1996).
    L’augmentation du risque de cancer du poumon par la consommation de compléments en bêta-carotène à doses élevées est donc jugée convaincante.
    La supplémentation en bêta-carotène est associée à un risque plus élevé de mortalité, toutes causes confondues. Sauf cas particuliers de déficiences et sous le contrôle d’un médecin, la consommation de compléments alimentaires n’est pas recommandée. Il est conseillé de satisfaire les besoins nutritionnels par une alimentation équilibrée et diversifiée sans recourir aux compléments alimentaires (INCa, Réseau NACRe, 2009).

Une étude menée au sein de la cohorte E3N a testé l’hypothèse d’un mécanisme général d’interaction entre tabac et bêta-carotène (aliments et compléments) pour l’ensemble des cancers liés au tabac chez la femme (Clavel-Chapelon, 1997). Les résultats de cette étude suggèrent que le bêta-carotène est inversement associé au risque de certains cancers chez les femmes n’ayant jamais fumé régulièrement au cours de leur vie, vraisemblablement en raison de son effet anti-oxydant. Chez ces femmes, la consommation de bêta-carotène devrait donc être encouragée, en particulier sous forme de fruits et légumes riches en bêta-carotène comme les carottes et les épinards, qui pourraient également apporter d’autres anti-oxydants. En revanche, chez les femmes ayant déjà fumé régulièrement, il paraît important de décourager la supplémentation en bêta-carotène. Ces résultats sont cohérents avec certaines données épidémiologiques et expérimentales chez l’animal ou sur des lignées cellulaires. Ils doivent encourager des travaux à plus large échelle afin de mieux comprendre pour chaque site de cancer lié au tabac l’effet cocarcinogène éventuel du bêta-carotène (Touvier, 2006).


Facteurs nutritionnels qui augmentent le risque de cancers : un niveau de preuve « probable »

- Surpoids et obésité :

  • L’augmentation du risque est jugée probable pour le cancer de la vésicule biliaire.

- Boissons alcoolisées :

  • L’augmentation du risque est jugée probable pour le cancer du foie et du côlon-rectum (chez la femme).

- Sel et aliments salés :

  • La consommation de sel augmente de manière probable le risque de cancer de l’estomac.

Facteurs nutritionnels qui diminuent le risque de cancers :

Les facteurs suivants ont un niveau de preuve jugé convaincant ou probable concernant leur rôle dans la diminution du risque de cancers.

- L’activité physique :

  • quelle qu’elle soit, l’activité physique a un effet protecteur contre certains cancers : cancer du côlon, cancer du sein après la ménopause, cancer de l’endomètre.
  • elle a également un effet protecteur contre la prise de poids, le surpoids et l’obésité, eux-mêmes facteurs de risque de plusieurs cancers.

- L’allaitement :

  • l’allaitement diminue de manière convaincante le risque de cancer du sein chez la mère et peut contribuer à protéger ultérieurement l’enfant contre un poids excessif.

- La consommation de fruits et de légumes :

  • elle diminue probablement le risque de plusieurs cancers. La consommation de légumes, qui sont faibles en calories, contribue également de manière probable à diminuer le risque de prise de poids, de surpoids et d’obésité.

 

Les actions de santé publique

Les pouvoirs publics français ont mis en place le Programme National Nutrition Santé, connu également sous son acronyme PNNS, qui a permis depuis 2001, d’établir entre autres des repères de nutrition et d’activité physique et de les promouvoir auprès des populations (PNNS 1 pendant la période 2001-2005, PNNS 2 pendant la période 2006-2010, PNNS 3 en cours d’élaboration pour la période 2011-2015).

D’une manière plus globale, les principaux objectifs à atteindre sont de réduire la consommation de boissons alcoolisées et de favoriser une alimentation équilibrée et diversifiée, éviter de recourir à des compléments alimentaires, et pratiquer une activité physique régulière. D’après les estimations récentes réalisées aux USA et Royaume-Uni, la mise en œuvre de telles recommandations pourrait permettre d’éviter environ un tiers des cancers les plus communs (WCRF/AICR, 2009).

Dans le cadre du PNNS, la nutrition concerne aussi bien les apports (l’alimentation) que les dépenses énergétiques (l’activité physique). Neuf objectifs nutritionnels prioritaires ont été définis, complétés par 10 objectifs dits « spécifiques ». Ces objectifs précis et quantifiés permettent aux professionnels de santé publique d’évaluer l’évolution de la situation au moyen d’indicateurs élaborés par les spécialistes.

Voici les 9 repères nutritionnels en détail :

Logo PNNS : Manger au moins 5 fruits et légumes par jour

 Fruits et légumes : au moins 5 par jour

 A chaque repas et en cas de petits creux, Crus, cuits, nature ou préparés, Frais, surgelés ou en conserve.

 

  Logo PNNS : A chaque repas selon l'appétitPains, céréales, pommes de terre et légumes secs : à chaque repas et selon l'appétit

Favoriser les aliments céréaliers complets ou le pain bis. Privilégiez la variété.

 

Logo PNNS : 3 laits et produits laitiers par jour Lait et produits laitiers (yaourts, fromages) : 3 par jour

 Privilégier la variété. Privilégier les fromages les plus riches en calcium, les moins gras et les moins salés.

 

Logo PNNS : 1 à 2 fois par jourViandes et volailles, produits de la pêche et oeufs : 1 à 2 fois par jour

 En quantité inférieure à celle de l'accompagnement. Viandes : privilégier la variété des espèces et les morceaux les moins gras. Poisson : au moins 2 fois par semaine.

 

Logo PNNS : Limiter la consommationMatières grasses ajoutées : limiter la consommation

 Privilégier les matières grasses végétales (huile d'olive, de colza...). Favoriser la variété. Limiter les graisses  d'origine animale (beurre, crème...).

 

Logo PNNS : Limiter la consommationProduits sucrés : limiter la consommation

Attention  aux boissons sucrées. Attention aux aliments gras et sucrés à la fois (pâtisseries, crèmes desserts, chocolat, glaces...).

 

Logo PNNS : De l'eau à volonté

 Boissons : de l'eau à volonté

 Au cours et en dehors des repas. Limiter les boissons sucrées (privilégier les boissons allégées).

 Boissons alcoolisées :

ne pas dépasser, par jour, 2 verres de vin (de 10 cl) pour les femmes* et 3 pour les hommes. 2 verres de vin sont équivalents à 2 demis de bière ou 6 cl d’alcool fort.

*à l’exclusion des femmes enceintes auxquelles il est recommandé de s’abstenir de toute consommation d’alcool pendant la durée de la grossesse

 

 Logo PNNS : Limiter la consommation de selSel : Limiter la consommation

Préférer le sel iodé. Ne pas resaler avant de goûter. Réduire l’ajout de sel dans les eaux de cuisson. Limiter les fromages et les charcuteries les plus salés et les produits apéritifs salés. 

 

Logo PNNS : Au moins 30 min d'activité physique par jourActivité physique : au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche rapide chaque jour.

À intégrer dans la vie quotidienne (marcher, monter les escaliers, faire du vélo...)  

 

Sources : WCRF/AICR ; INCa ; INPES ; PNNS ; Réseau NACRE.

Auteur : Unité Cancer et Environnement

Pour aller plus loin

Mise à jour le 21 avr. 2016

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Dernières actualités