Un site du centreleonberard.fr

Recommandations nutritionnelles

 

Cette fiche présente des recommandations ou mesures préconisées pour réduire certaines expositions à des substances avérées ou suspectées cancérogènes, en termes de nutrition.

Les objectifs de cette fiche sont de:

  • vous aider à mieux hiérarchiser les risques de cancer en lien avec la nutrition (alimentation, activité physique)
  • vous permettre d’identifier les recommandations et les informations disponibles en matière de prévention des risques de cancer en lien avec la nutrition.

Aussi, à travers ces informations, il vous sera possible de repérer les actions sur lesquelles il est possible d’agir au quotidien pour réduire vos risques de cancers.


Seuls sont présentés ici les facteurs pour lesquels il existe des recommandations, c’est-à-dire pour lesquels des actions concrètes ont été identifiées afin de s’en protéger, et ainsi réduire son risque de cancer.
 

Réduire

 

Recommandations relatives à la consommation d'alcool
Recommandations relatives à l'alimentation, l'activité physique, le surpoids, et l'obésité

 

Alcool


L’alcool est un cancérogène avéré pour l’homme (groupe 1 du CIRC). En 2006, en France, il était responsable de 9000 décès par cancer. Au total, 9% des décès par cancer chez l’homme, et 3% chez la femme seraient dus à la consommation d’alcool (Hill, 2009). L’alcool augmente le risque de développer certains cancers, tels que les cancers des voies aérodigestives supérieures, de l’œsophage, du foie, du sein, et les cancers colorectaux.
 

  • En matière de prévention des cancers, la consommation d’alcool est déconseillée, quel que soit le type de boisson alcoolisée (vin, bière, spiritueux…). C’est la quantité d’alcool pur consommée qui expose au risque de développer un cancer.
     
  • En cas de consommation d’alcool, il est conseillé de limiter la consommation autant que possible, tant en termes de quantités consommées que de fréquence de consommation, afin de réduire le risque de cancers.
     
  • Les repères de consommation recommandés sont les suivants : ne pas boire plus de deux verres d’alcool par jour pour une femme, et pas plus de trois verres d’alcool par jour pour un homme. Lors de consommations occasionnelles, ne pas dépasser quatre verres d’alcool lors d’une même occasion (voir repères ci-dessous).
     
  • Les enfants et les femmes enceintes ne doivent pas consommer de boissons alcoolisées.
     


Image verre standard 10 g d'alcool pur pour différents types de boissons alcoolisées, comparaison quantité verre alcool

 

Pour en savoir plus, vous pouvez également consluter :

Cancer Environnement - fiche Alcool et cancer 
Réseau NACRe
Recommandations PNNS (nutrition et prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations) 
 

 

 

Alimentation, activité physique, surpoids, obésité


L’augmentation de la corpulence est associée à une augmentation du risque de plusieurs cancers : œsophage, endomètre, rein, côlon-rectum, pancréas, sein après la ménopause et vésicule biliaire. En 2001, environ 3% des cancers chez l’homme et 6% chez la femme étaient attribuables au surpoids et à l’obésité (Bergstrom, 2001).
Agir sur l’alimentation et la pratique d’activité physique peut permettre de maintenir ou d’atteindre un poids normal (IMC entre 18,5 et 25 Kg/m²), et ainsi de réduire son risque de cancers liés à la surcharge pondérale.

Dans le cadre de la prévention du risque de cancers, les recommandations sont :
 

Activité physique

  • Pour prévenir le surpoids ou l’obésité, pratiquer, chez l’adulte, au moins 5 jours par semaine au moins 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée comparable à la marche rapide, ou pratiquer 3 jours par semaine 20 minutes d’activité physique d’intensité physique d’intensité élevée comparable au jogging.
     
  • Chez l’enfant et l’adolescent, pratiquer au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée sous forme de jeux, d’activités de la vie quotidienne ou de sport.
     

Alimentation

  • Consommer chaque jour au moins 5 fruits et légumes variés, quelle que soit leur forme, pour atteindre au minimum 400 g par jour. Consommer aussi chaque jour d’autres aliments contenant des fibres tels que les aliments céréaliers peu transformés et les légumes secs.
  • Satisfaire les besoins nutritionnels par une alimentation équilibrée et diversifiée sans recourir aux compléments alimentaires.
     
  • Limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine. Limiter la consommation de charcuterie, en particulier celles très grasses et/ou très salées.
     
  • Limiter la consommation de sel en réduisant la consommation d’aliments transformés salés (charcuterie, fromages, …) et l’ajout de sel pendant la cuisson ou dans l’assiette.

 

Recommandations pour les patients atteints de cancer

D’une manière générale, les principaux objectifs nutritionnels pendant le traitement d’un cancer sont de stabiliser le poids (éviter d’en perdre ou d’en prendre de manière importante) et le statut nutritionnel et de maintenir l’activité physique (voire l’augmenter). En novembre 2012, la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP) a établi des recommandations professionnelles pour la nutrition des patients adultes atteints de cancer.    Elles ont pour objectifs de préciser comment réaliser le dépistage et le diagnostic de la dénutrition chez le patient atteint de cancer ; d’intégrer et de préciser les indications de la prise en charge nutritionnelle du patientaux différents stades de la maladie ; de préciser les modalités des différentes formes de support nutritionnel.

Pour le cancer du sein, il est établi que la nutrition a un impact sur la réussite du traitement, le pronostic, et sur la qualité de vie des patientes. C’est aussi un déterminant du risque de récidive et de second cancer. Il existe donc des recommandations nutritionnelles pour les patientes atteintes de cancer du sein (recommandations de Saint-Paul de Vence) :

  • prévenir la prise de poids pendant le traitement en bénéficiant d’un suivi diététique personnalisé
  • corriger le surpoids et l’obésité après la maladie : bénéficier d’une consultation diététique pour adapter l’alimentation (limiter les aliments gras et sucrés, privilégier les aliments à faible densité énergétique), augmenter progressivement l’activité physique, suivre un programme de réduction pondérale en cas d’obésité
  • satisfaire ses besoins nutritionnels par une alimentation équilibrée et diversifiée, sans recourir aux compléments alimentaires
     

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement -  fiche Alimentation et Cancer

Cancer Environnement - fiche Activité physique et Cancer

Inca, 2009 - fiche repère Nutrition et prévention des cancers

INCa, PNNS, NACRe, brochure 2009 : Nutrition et prévention des cancers: Des connaissances scientifiques aux recommandations

Réseau NACRe : recommandations de St Paul de Vence

Site Internet - Manger Bouger

INCa, 2015 : Nutrition et cancers : Alimentation, consommation d'alcool, activité physique et poids

American Institute for Cancer Research: Cancer Prevention Recommendations


 

 

Mise à jour le 21 avr. 2016

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Dernières actualités