Un site du centreleonberard.fr

1)

Servez-vous et prenez une grosse part ! Quels aliments peuvent contenir des pesticides ? (plusieurs réponses possibles)

1

Une grande partie de nos aliments en contient, même si nous aurions préféré ne pas en trouver là. Les pesticides («tuer les nuisibles») sont des substances utilisées pour prévenir, contrôler ou éliminer des organismes jugés nuisibles dans la culture des plantes. On nous parle aussi de produits phytosanitaires («soignent des organismes végétaux») ou produits phytopharmaceutiques.

1. Une délicieuse pomme : si elle a été traitée, après l’avoir lavée, il est préférable de la peler. Mais on perd alors une grande partie des nutriments présents dans la peau (fibres, antioxydants...).

2. Des fraises du jardin : amoureusement protégées des oiseaux par un filet, des limaces par des pièges à bière, des pesticides par vos soins pour ce goût qui vous enchante, mmmmh ! Une autre provenance ? Choisissez bien et tenez compte des saisons : dans certains pays et hors Union Européenne les taux de résidus de pesticides peuvent être importants (nettement supérieurs aux normes EU).

3. Des légumes surgelés ou en boîte : une alternative quand on cherche des fruits et légumes hors saison, car avant d’être conservés, ils font l’objet d’un lavage minutieux.

4. Des légumes racines : les légumes racines (carottes, navets, radis, betteraves, panais, salsifis) sont davantage protégés (exception faite des pommes de terre), tout comme ceux qui sont à l’abri d’une cosse, comme les petits pois. A consommer sans modération pour faire le plein de vitamines et sels minéraux pour passer l’hiver.

5. Des salades, des endives ou des choux : Déshabillez-les ! Retirez les premières feuilles, une grande partie des résidus de pesticides sera éliminée. Le Bio présente l’avantage d’avoir pas ou peu de pesticides, à laver aussi !

2)

Ouh, ouh, pesticides ! Où vous cachez-vous ? Vous pensez certainement trouver des pesticides dans : (plusieurs réponses possibles)

2

Est-ce une partie de cache-cache ? Oui, les étiquettes sur les produits sont souvent petites et compliquées à comprendre. On oublie la nature des produits qu’on manipule au quotidien. Peut-être est-ce le moment de faire un point ?


1. - Le collier anti-puces du chien. L’anti-puces, c’est un antiparasitaire. Et un antiparasitaire est un pesticide. La consigne forte : veillez à bien respecter les doses prescrites, ainsi que les indications d’utilisation.

2. - Une bombe anti-moustiques. Oui, il s’agit d’un insecticide. Et un insecticide est un pesticide. Les femelles moustiques sont attirées par la chaleur du corps humain, le gaz carbonique de la respiration et notre transpiration. Pour diminuer les risques «d’agression», portez des vêtements clairs et longs, utilisez des moustiquaires, une climatisation ou des ventilateurs (air frais, moins de transpiration), de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné.

3. - Les poussières d’une maison. D’après une étude récente, on y a retrouvé des traces de pesticides interdits et persistants comme le Lindane* (classé cancérigène). Un petit ménage de printemps est souvent bénéfique.

4. - Chez votre soeur. Si votre soeur a été ou est une peste, il s’agit d’un autre sujet !

5. - Les charpentes et certains bois ont été traités avec des produits contre les insectes et champignons. C’est ainsi qu’on trouve du Lindane dans les charpentes. Aérer régulièrement est une solution pour en limiter cette présence. Pour les nouvelles charpentes, renseignez-vous sur la qualité et le type de bois, ainsi que sur les types de traitement reçus.

*Le lindane est un insecticide de la famille des organochlorés à laquelle appartiennent notamment le DDT et les dioxines. Interdit en France depuis 1998.

3)

Oh l’autre ! T’as vu c’qu’il fait !

Pour moi, les pesticides servent à : (plusieurs réponses possibles)

3

Il est certainement possible d’améliorer les choses. Les habitudes sont faites pour être changées, ne pensez-vous pas ? Nous allons essayer de vous suggérer des pistes pour diminuer, voire proscrire l’utilisation de pesticides. A vous de les explorer et de les mettre en application.


1. - Protéger et entretenir mon jardin. Il existe de très nombreuses alternatives pour ne pas utiliser des pesticides et passer au «zérophyto». Renseignez-vous auprès des pros ou sur jardiner autrement.fr. Ayez la main verte !


2. - Tuer des cafards. Avant de les tuer, ne les invitez pas ! Ces petites bêtes sont attirées par la nourriture et l’eau. Pas de miettes au sol ou dans les placards, utilisez des conditionnements hermétiques. S’il n’y a rien à manger, ils iront voir ailleurs.

 

3. - Me protéger des moustiques. De petites choses à savoir : les femelles
moustiques sont attirées par la chaleur du corps humain, le gaz carbonique de la respiration et notre transpiration. Pour diminuer les risques «d’agression», portez des vêtements clairs, utilisez des moustiquaires, une climatisation ou des ventilateurs (air plus frais, moins de transpiration), utilisez de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné. Mais continuez à respirer tout de même.

 

4. - Éliminer la mousse sur les sols. Avant d’utiliser des anti-mousses chimiques et persistants, peut-être y a t-il d’autres choses à faire, comme : aérer le sol, l’enrichir, lui apporter un peu de chaux ou de la cendre de bois, s’il est trop acide. Passez votre pelouse au scarificateur.

 

5. - Entretenir mes meubles et mes boiseries. Il est important de travailler dans des pièces très bien aérées et de lire attentivement les conditions d’utilisation indiquées sur les produits.

4)

C’est aussi possible sans pesticides ?! Pourquoi vouloir supprimer des organismes vivants (végétaux ou animaux) ? Parce que :

4

En effet pourquoi ? Alors qu’il existe des alternatives pour cultiver autrement votre potager et créer un jardin extraordinaire.

1. - Je suis chez moi ! Comment ces bestioles osent-elles envahir mon jardin, mes plantations ! Mais Dame Nature est aussi chez elle. Cherchons l’équilibre...

2. - Ils sont mauvais. Les «pestes» qui nous préoccupent peuvent être contenues autrement. Ils existent des usages et des techniques alternatives aux produits chimiques.

3. - J’ai toujours fait cela. On peut comprendre que vous préférez manger vos fruits et légumes que de vous les faire manger. Toutefois, en vous intéressant aux alternatives pour les protéger, votre environnement n’en sera que meilleur.

4. - J’aime quand c’est propre. Vous aimez que vos dalles de jardin et vos allées de gravier forment un paysage minéral, que vos massifs ne fassent apparaître que des espèces choisies. Des techniques comme le paillage, le désherbage thermique, l’usage de la binette et bien d’autres astuces pourront vous y aider.

5 - Je protège mon jardin. En utilisant et manipulant des produits phytosanitaires dans votre jardin, vous prenez des risques pour votre santé. Prenez aussi soin de vous. Pensez que des espèces adaptées à votre région sont plus résistantes et nécessitent moins de soins que d’autres. C’est une idée !

La démarche zérophyto existe depuis plusieurs années déjà chez des particuliers mais aussi chez de nombreux professionnels. La Loi dite Labbé prévoit l’interdiction de l’utilisation des produits phytosanitaires par les collectivités (en 2020), puis par les particuliers (en 2022). *zérophyto : usage de zéro produits phytosanitaires (ou pesticides).

8 nov. 2018

Rejoignez-nous sur Facebook

J’aime la page Cancer Environnement

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.