Un site du centreleonberard.fr

Recommandations

Cette fiche présente des recommandations ou mesures préconisées pour réduire certaines expositions à des substances avérées ou suspectées cancérogènes, dans son environnement de vie.

Les objectifs de cette fiche sont de:

  • vous aider à mieux hiérarchiser les risques de cancer en lien avec des expositions environnementales
  • vous permettre d’identifier les recommandations et les informations disponibles en matière de prévention des risques de cancer en lien avec l’environnement.

Aussi, à travers ces informations, il vous sera possible de repérer les actions sur lesquelles il est possible d’agir au quotidien pour réduire vos risques de cancers.

Seuls sont présentés ici les facteurs pour lesquels il existe des recommandations, c’est-à-dire pour lesquels des actions concrètes ont été identifiées afin de s’en protéger, et ainsi réduire son risque de cancer.

Informations complémentaires

    CANCEROGENES AVERES

Tabac
Exposition aux rayons ultraviolets

    CANCEROGENES SUSPECTES
Polluants de l’air intérieur
Radiofréquences émises par les téléphones portables
Substances à effet perturbateur endocrinien
Polychlorobiphényls (PCB) et poissons d'eau douce
 

CANCEROGENES AVERES

 

Tabac

Le tabagisme (actif ou passif) est un cancérogène avéré pour l’homme (groupe 1 du CIRC). En France, 37 000 décès par cancer par an sont imputables au tabac (InVS, 2009). C’est la principale cause de cancers dans le monde. Le risque de cancer lié au tabagisme dépend de la consommation moyenne quotidienne de tabac, de la durée et de l’âge de début du tabagisme.

ligue contre le cancer autopsie cigarette substances cancérigène, schéma composition cigarette

 

  • Ne pas commencer à fumer, ou si vous êtes fumeur arrêter est le meilleur moyen de réduire son risque de cancer lié au tabac.
  • L’arrêt du tabac est toujours bénéfique, et d’autant plus si cet arrêt se fait au plus tôt.
  • Chez les femmes enceintes, l’arrêt complet du tabac est recommandé, le plus tôt possible et de préférence sans recours à des substituts nicotiniques. Le tabagisme pendant la grossesse expose le fœtus à des risques de cancers rares du foie (hépatoblastomes), de troubles psychiatriques et d’obésité (INCA, 2011).
  • Toutes les formes de substituts nicotiniques disponibles sans prescription dans les pharmacies sont d’efficacité similaire. Depuis 2007, l’assurance maladie prend en charge ces produits de sevrage tabagique, pour un montant maximum de 50 euros par an. 
     

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement - Fiche tabac 
INCa - Fiche repère Sevrage tabagique et prévention des cancers (mai 2011)
Site Internet - Tabac Info Service 

 

Exposition aux rayons ultraviolets

Le soleil émet trois types de rayonnements ultraviolets : les UVA, UVB et UVC. Les UVC sont filtrés par la couche d’ozone et ne sont donc pas présents à la surface de la Terre ; les UVB (5% du rayonnement solaire perçu sur terre) sont ceux qui provoquent les coups de soleil ; les rayons UVA (95% du rayonnement solaire perçu) n’ont pas d’effet visible immédiat, mais pénètrent en profondeur dans les cellules de la peau.
Les UVA et UVB sont tous deux classés cancérogènes avérés pour l’homme (groupe 1 du CIRC), comme le rayonnement solaire dans sa globalité, ainsi que les rayons UV artificiels délivrés par les cabines de bronzage.
 

  • Eviter les heures les plus ensoleillées entre 12h et 16h (pendant lesquelles les rayons du soleil sont plus intenses) et rechercher l’ombre.
  • Se couvrir avec des lunettes de soleil et un chapeau : les vêtements, en filtrant les rayons UV, constituent la meilleure protection contre le soleil. Les lunettes de soleil sont indispensables.
  • En cas d’exposition, appliquer de la crème solaire d’indice au moins égal à 30 sur toutes les parties du corps non couvertes. Renouveler l’application toutes les deux heures et après chaque baignade. 
  • Protéger encore plus les enfants. Les coups de soleil et les expositions répétées avant la puberté sont une cause majeure du développement de cancers de la peau à l’âge adulte. Les bébés ne doivent jamais être exposés au soleil.
  • Ne pas s’exposer aux ultraviolets artificiels en cabine de bronzage. 

 

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement - Fiche rayons du soleil 
Cancer Environnement - Fiche mélanome 
Site Internet Prevention Soleil
INCa - Fiche repère Rayonnement ultraviolet et risque de cancers
Inpes - Risques solaires: ce qu'il faut savoir pour que le soleil reste un plaisir
Anses, 2012 - Dossier de presse, mieux prévenir et détecter tôt les cancers de la peau

 

 

 

CANCEROGENES SUSPECTES

 

Il existe des centaines de substances dont l’effet cancérogène est suspecté, c’est-à-dire que leur effet cancérogène est débattu dans la communauté scientifique en raison de données actuellement insuffisantes pour conclure.

A ce jour, 65 substances sont classées « cancérogènes probables » (groupe 2A), 275 « cancérogènes possibles » (groupe 2B), et 504 ne peuvent pas être classées par manque de données fiables (CIRC, 2012).
Parmi ces substances, les gouvernements peuvent prendre différents types de mesures pour en limiter l’utilisation : l’interdiction, au nom dans ce cas du principe de précaution, ou la substitution, comme l’indique le règlement REACH.

 

Polluants de l'air intérieur

Environ 1,5% des décès annuels par cancer du poumon sont dus à l’exposition à des substances cancérogènes présentes dans l’air à l’intérieur des habitations (données mondiales de l’OMS, 2011).

Certains polluants de l’air intérieur sont en effet des cancérogènes avérés (groupe 1 du CIRC), tels que le formaldéhyde, le radon et le benzène. Les recommandations suivantes permettent d’améliorer la qualité de l’air intérieur et lutter contre les risques d’exposition à ces substances :
 

  • Aérer 10 minutes par jour hiver comme été en ouvrant les fenêtres permet de renouveler l’air intérieur et de réduire la concentration des polluants dans le logement
  • En période de travaux ou de bricolage, de nombreux produits chimiques peuvent être utilisés. Il est conseillé de sortir régulièrement de la pièce pour faire des pauses, d’aérer, de travailler si possible à l’extérieur, de porter des protections adaptées et de refermer les récipients pour éviter qu’ils ne s’évaporent.
  • Aérer très largement pendant et après vos activités de nettoyage, limitez-vous aux quelques produits qui vous semblent indispensables et réduisez les quantités utilisées.
  • Evitez les parfums d’intérieur, les bâtons d’encens, les bougies parfumées, les sprays qui contiennent des substances chimiques nocives, respectez les doses préconisées sur la notice.
  • Soyez particulièrement vigilants lors de l’utilisation de produits nocifs, inflammables, corrosifs ou toxiques, notamment pour les produits qui peuvent être stockés depuis plusieurs années dans une cave ou un placard (voir symboles de danger sur les étiquettes). Il est recommandé d’utiliser ces produits dans des endroits aérés et de respecter les précautions d’utilisation.
  • Stockez les produits hors de portée des enfants, dans un endroit aéré de préférence, respectez les précautions et modes d’emploi des produits, sortez vos plantes d’intérieur à l’extérieur pour les traiter ou aérer au moment du traitement.
  • Pour les lieux concernés par une exposition au radon, l’aération et une isolation efficaces sont indispensables pour limiter sa concentration à l’intérieur des bâtiments et donc les risques associés

Il est possible d’agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur, notamment en choisissant des matériaux émettant moins de substances polluantes grâce à l’étiquetage mis en place et en améliorant les conditions d’aération des locaux.

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement - Fiche formaldéhyde 
Cancer Environnement - Fiche radon
Cancer Environnement - Fiche benzène
Site Internet du Ministère Respirez mieux
Site Internet du Ministère Qualité de l'air intérieur : comment agir ? Recommandations
Site Internet Prévention maison/Pollution de l'air intérieur
Guide de la pollution de l’air intérieur

 
 

Radiofréquences émises par les téléphones portables

En 2011, le CIRC a classé les radiofréquences émises par les téléphones portables comme cancérogènes possibles pour l’homme (groupe 2B) pour le risque de gliome, un type de tumeur cérébrale.
Compte tenu des interrogations qui subsistent sur les effets sanitaires (notamment à long terme) des radiofréquences, des recommandations nationales visent à limiter l’exposition aux ondes émises par les téléphones portables :

  • Téléphoner avec une oreillette : cela permet d’éloigner le téléphone de la tête
  • Privilégier les SMS : le téléphone est alors éloigné de la tête, et le niveau d’émission d’ondes émises est diminué. 
  • Protéger encore plus les enfants et les jeunes : pour diminuer leur durée d’exposition et parce que leur organisme est en développement.
  • Eloigner le téléphone des implants électroniques (pace-maker, pompe à insuline, etc) : il pourrait en perturber le fonctionnement
  • Ne pas téléphoner dans les zones de mauvaise réception
  • Eloigner le téléphone juste après numérotation : c’est lors des premières secondes que l’émission d’ondes est la plus forte (recherche de l’antenne relais la plus proche)
  • Eviter les appels en déplacement à grande vitesse
  • S’informer sur son équipement (DAS : débit d’absorption spécifique, il quantifie le niveau d’exposition maximal aux ondes électromagnétiques pour une utilisation à l’oreille). 

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement - Fiche champs électromagnétiques
INCa: Fiche repère – Téléphone mobile et risque de cancer
Site de l’Inpes sur le bon usage du téléphone portable
 

  

Substances à effet perturbateur endocrinien

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont « des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants ».
L’estimation des effets des PE sur la santé humaine est complexe, notamment du fait de leur multiplicité, de leurs mécanismes d’action et de l’exposition à faibles doses dans l’environnement.
Le rôle de plusieurs substances PE comme les phtalates ou le bisphénol A est aujourd’hui suspecté dans l’apparition de cancers hormonaux-dépendants (cancer du sein, de l’utérus, de la prostate et des testicules), mais les données actuellement disponibles ne permettent pas de confirmer ce lien chez l’Homme.

Des recommandations ont été émises par l’Anses (juillet 2011) en direction des jeunes enfants, des femmes enceintes ou qui allaitent. Ces populations correspondent à des périodes de vulnérabilité potentielle vis-à-vis de l’exposition à des perturbateurs endocriniens.

Concernant l’exposition au bisphénol A (BPA) :
 

  • Eviter d’utiliser de la vaisselle et des récipients en plastique polycarbonate pour la conservation des aliments et des boissons ainsi que le réchauffage au micro-ondes.
  • S’ils sont utilisés, éviter de les chauffer (au micro-ondes, au bain-marie) pour éviter la libération de molécules de bisphénol A dans l’alimentation
  • Ne pas verser de boissons ou d’aliments très chauds dans les récipients en polycarbonate.
  • Adopter une alimentation variée et équilibrée et privilégier, dans la mesure du possible, les produits frais :
  • Eviter l’achat de canettes ou de conserves. Si ces dernières sont utilisées, vider leur contenu dans une casserole pour les faire réchauffer. 
  • Continuer à allaiter son bébé : les bénéfices de l’allaitement sont plus importants pour lui que le risque potentiel lié à la présence de bisphénol A dans le lait maternel. 
  • Acheter des biberons sans bisphénol A. Etre vigilant en particulier lors de déplacements à l’étranger dans des pays où des biberons à base de BPA peuvent être encore commercialisés.
  • Continuer à utiliser des préparations ou des aliments pour nourrissons : pour votre bébé, les bénéfices d’une alimentation spécifique, adaptée à ses besoins, sont plus importants que le risque potentiel lié à l’exposition au bisphénol A. 
  • Il est conseillé aux caissières manipulant des tickets de caisse thermiques de porter des gants, surtout si elles sont enceintes. 
     

Le BPA se trouve dans les récipients en polycarbonate ou en résines époxy. Bien qu’aucun étiquetage ne soit obligatoire pour les récipients en polycarbonate, certains peuvent comporter un pictogramme :

  • le sigle PC, qui indique qu’il s’agit de polycarbonate 
  • le chiffre 7 entouré d’un triangle, qui indique que le matériau utilisé est probablement du polycarbonate (mais pas obligatoirement)
Pictogramme représentant le chiffre 7 entouré d'un triangle dessiné à l'aide de 3 flèches

Concernant les phtalates, il est conseillé de ne pas stocker longtemps et à température élevée les eux minérales dans les bouteilles en plastique. Le chiffre 1 entouré d’un triangle indique la présence polyéthylène téréphtalate dans plastiques (bouteilles d’eau minérale et autres boissons principalement) :

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :

Cancer Environnement - Fiche bisphénol A 
Cancer Environnement - Fiche perturbateurs endocriniens
Anses, 2011 - Recommandations bisphénol A

 

Polychlorobiphényles (PCB) et consommation de poissons d'eau douce

Les polychlorobiphényles (souvent abrégés en PCB), sont des polluants organiques persistants, qui se désagrègent très peu dans l’environnement. Ils sont classés cancérogènes probables (groupe 2A) par le CIRC. L’alimentation constitue la principale source d’exposition aux PCB ; certains poissons d’eau douce notamment peuvent être contaminés.

L'Anses recommande de limiter les consommations de poissons d'eau douce fortement bio-accumulateurs (anguille, barbeau, brème, carpe, silure) :

  • à 1 fois tous les 2 mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que les enfants de moins de 3 ans, les fillettes et les adolescentes,
  • à 2 fois par mois pour le reste de la population

Dans certaines zones fortement contaminées, la consommation de certaines espèces de poissons est interdite (voir auprès des préfectures concernées).

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter :
 

Cancer Environnement - Fiche PCB
Anses : Dossier PCB 

 

 Auteur: Unité Cancer Environnement

 

 

Mise à jour le 21 avr. 2016

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Dernières actualités