Un site du centreleonberard.fr

Composés organiques volatils dans l'air


Rationnel

Le portail cancer environnement met à disposition des synthèses des connaissances actuellement disponibles sur les principaux composés organiques volatils (HAP, benzène, formaldéhyde). Cette fiche resitue ces substances dans le contexte de la pollution de l’air (sources, air intérieur, air extérieur) et renvoie vers les fiches déjà existantes pour des informations détaillées concernant leur cancérogénicité.
 

Définition

La famille des composés organiques volatils (COV) regroupe toutes les molécules formées d’atomes d’hydrogène et de carbone (hydrocarbures), et celles dont les atomes d’hydrogène sont remplacés par d’autres atomes comme l’azote, le chlore, le soufre, ou l’oxygène. Ce sont des gaz et des vapeurs qui peuvent s’évaporer plus ou moins rapidement à température ambiante. 
 

Sources

Les émissions de la végétation ou d’autres phénomènes naturels tels que les feux de forêts, les éruptions volcaniques, etc, constituent des sources naturelles de COV.
En milieu urbain et/ou industrialisé, ils proviennent en majorité des activités humaines : ils sont alors émis par des phénomènes de combustion (gaz d’échappement notamment, cheminées d’usines, fours, …) ou par évaporation lors du stockage de produits pétroliers, ou de la fabrication/manipulation de solvants, d’insecticides….
Ils sont utilisés dans la fabrication de nombreux produits et matériaux présents à la maison ou en milieu professionnel : solvants, peintures, colles, panneaux de particules, produits de jardinage, produits ménagers, déodorants, …. 
 

Composés organiques volatils et cancérogénicité

Les COV les plus fréquents dans l’air sont l’acétaldéhyde, le benzène, le dichlorométhane, le formaldéhyde, le perchloroéthylène, le toluène, le xylène.

L’acétaldéhyde est classé cancérogène possible (groupe 2B) par le CIRC (effets cancérogènes sur les voies respiratoires chez des animaux de laboratoire). Il est utilisé en synthèse organique, et dans les industries des parfums, des matières plastiques, des colorants. Dans l’air intérieur, il provient de la fumée de tabac (dans laquelle il est présent en forte quantité), des panneaux de bois brut et de particules, isolants, photocopieurs, etc.

Le benzène fait partie de la sous-famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Il est classé cancérogène avéré (groupe 1) par le CIRC pour les leucémies. Il provient de processus de combustion (dont le tabagisme), du transport routier, et d’activités industrielles. Ses émanations sont présentes aux abords des stations service. Dans les lieux clos, le benzène résulte à la fois des sources intérieures et du transfert de la pollution atmosphérique notable dans les agglomérations et zones industrielles. Les sources propres aux lieux clos comprennent les combustions domestiques telles que le tabagisme, la cuisson des aliments, le chauffage des locaux hors chauffage électrique, ou l’utilisation de bougies et d’encens ; divers produits (matériaux de construction et d’ameublement, produits de bricolage et d’entretien) présents dans l’environnement intérieur sont également susceptibles de contenir du benzène. L’air intérieur contribue donc de manière importante à l’exposition de la population au benzène. L’inhalation est la principale voie d’exposition au benzène.
Plus d’informations sont disponibles à propos du benzène dans la fiche dédiée à cette substance.

Le dichlorométhane est classé cancérogène possible (groupe 2B) par le CIRC. Il fait partie des hydrocarbures aliphatiques, dont il est un dérivé halogéné. C’est un solvant de produits organiques très utilisé dans l’industrie chimique, dans le décapage de bois et métaux, comme dans de nombreux produits domestiques (vernis, laques, colles, adhésifs, aérosols,…).

Le formaldéhyde fait partie de la sous-famille des aldéhydes. Il est classé cancérogène avéré (groupe 1) par le CIRC pour le cancer du nasopharynx et la leucémie myéloïde. Il est utilisé comme désinfectant ou biocide, comme fixateur et comme liant dans des résines (produits de bricolage, entretien, revêtements des murs, sols, meubles, plastiques, etc). Il est également présent dans la fumée de tabac. Il est souvent commercialisé sous forme liquide (couramment appelée formol), mais s’évapore facilement.
Ses effets toxiques s’exercent par voie aérienne et localement par exposition directe.
Sa concentration dans l’air des logements est jugée importante en France du fait des émissions à des niveaux faibles des bâtiments, des équipements, de produits de décoration ou domestiques.
Plus d’informations sont disponibles à propos du formaldéhyde dans la fiche dédiée à cette substance.

Le perchloroéthylène (ou tétrachloroéthylène) est classé cancérogène probable (groupe 2A) par le CIRC. Il s’agit d’un solvant industriel d’usage très répandu, notamment dans les installations de nettoyage à sec. L’exposition par inhalation au perchloroéthylène est principalement d’origine professionnelle. Plus d’informations sont disponibles à propos du perchloroéthylène dans la fiche dédiée à cette substance.

Le xylène et le toluène sont inclassables quant à leur cancérogénicité (groupe 3 du CIRC). Ils sont utilisés comme solvants dans les peintures, vernis, encres d’imprimerie, colles, cires, insecticides, etc. Ils sont également utilisés dans les industries cosmétique et pharmaceutique.


Les COVs sont plus nombreux et plus concentrés dans l’air intérieur que dans l’air extérieur. En pratique, pour limiter l’exposition à ces polluants, il est recommandé de bien aérer les espaces intérieurs. 


Auteur :
Unité Cancer Environnement
 

Pour aller plus loin

Mise à jour le 1 juin 2017

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Dernières actualités