Un site du centreleonberard.fr

Vol. 129 : Cancérogénicité du violet de gentiane, violet de leucogentiane, vert de malachite, vert de leucomalachite et Indice de Couleur Bleu Direct 218

Réduire

En février-mars 2021, un Groupe de travail de 11 chercheurs de huit pays s'est réuni par téléconférence à l'invitation du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) pour finaliser leur évaluation de la cancérogénicité de cinq agents utilisés comme colorants et réactifs, et pour leurs propriétés antibactériennes et antifongiques. Pour tous ces agents, les indications de cancérogénicité chez l'homme étaient « insuffisantes », car aucune donnée n'était disponible. Les données humaines sur l'exposition, l'absorption, la distribution, le métabolisme ou l'excrétion et sur les mécanismes étaient rares. Le violet de gentiane, le vert de leucomalachite et l’Indice de Couleur Bleu Direct 218 ont été classés comme « peut-être cancérogènes pour l'homme » (Groupe 2B) sur la base d’indications « suffisantes » de leur cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Le violet de leucogentiane et le vert de malachite ont été évalués comme « inclassables » quant à leur cancérogénicité pour l'homme (Groupe 3). Ces évaluations seront publiées dans le Volume 129 des Monographies du CIRC1.

Le violet de gentiane et le vert de malachite sont des colorants cationiques triphénylméthane. Ils sont largement utilisés pour les textiles, le papier et les produits acryliques, comme colorants biologiques et dans certaines teintures capillaires et autres cosmétiques. En raison de leurs propriétés antibactériennes et antifongiques, le violet de gentiane et le vert de malachite ont eu diverses applications médicales, vétérinaires et aquacoles, notamment pour le traitement du bétail, des aliments pour animaux, des poissons d'ornement, des poissons d'élevage et des crustacés. Dans de nombreux pays, ces applications vétérinaires ou cosmétiques sont restreintes et il existe une tolérance zéro pour les résidus de violet de gentiane et de vert de malachite, ainsi que pour leurs métabolites, le violet de leucogentiane et le vert de leucomalachite, dans les aliments destinés à la consommation humaine. Le violet de gentiane et le vert de malachite peuvent être libérés dans l'environnement lors de rejets industriels et persister dans le sol et les espèces aquatiques, principalement sous la forme de leurs leucométabolites. En outre, le vert de leucomalachite est présent dans les poissons et les crustacés exposés au vert de malachite et persiste plus longtemps que le composé d’origine2. Le violet de leucogentiane et le vert de leucomalachite sont utilisés comme précurseurs dans la production de leurs composés d’origine et ont des applications directes comme réactifs chromogènes en chimie analytique et comme indicateurs radiochromiques dans les dosimètres. L'exposition professionnelle aux colorants d’origine et à leurs leucométabolites peut se produire par contact cutané et par inhalation sur les lieux de travail où ces composés sont produits ou appliqués, mais les données sont rares. L'exposition de la population générale aux deux colorants et leurs leucométabolites peut se produire par application directe, par contact avec des textiles, du papier et des encres, et par la consommation d'eau contaminée. L'exposition aux leucométabolites peut se produire lors de la consommation de poissons ou de crustacés traités au violet de gentiane ou au vert de malachite.

Chez les rongeurs, le violet de gentiane administré par voie orale est distribué dans les tissus, métabolisé en divers métabolites déméthylés et réduits, et excrété principalement dans les fèces. Il a été démontré que les bactéries transforment le violet de gentiane en violet de leucogentiane, mais les données sur les mammifères sont rares. Pour le violet de leucogentiane, les indications mécanistiques étaient « insuffisantes » puisque les données disponibles étaient rares, et les indications concernant le cancer chez les animaux de laboratoire étaient « insuffisantes » car aucune étude n'était disponible. Pour le violet de gentiane, les indications mécanistiques étaient « limitées », car les études pertinentes de génotoxicité étaient peu concluantes et les données disponibles sur d'autres sujets mécanistiques étaient rares. Les indications de la cancérogénicité chez les animaux de laboratoire étaient « suffisantes », car le violet de gentiane a augmenté l'incidence de néoplasmes malins chez deux espèces dans des études menées dans le respect des bonnes pratiques de laboratoire (BPL). Chez les souris B6C3F1 exposées via l’alimentation, le violet de gentiane a provoqué des carcinomes hépatocellulaires chez les mâles et les femelles, et des sarcomes histiocytaires de la vessie, de l'ovaire, de l'utérus ou du vagin chez les femelles3. Chez les rats F344 exposés in utero, puis pendant l’allaitement et enfin via l’alimentation, le violet de gentiane a provoqué desadénocarcinomes à cellules folliculaires de la glande thyroïde chez les mâles et les femelles, et des leucémies à cellules mononucléées chez les femelles4.

Chez les rats traités par voie orale, le vert de malachite est excrété principalement dans les fèces. Le métabolite vert de leucomalachite a été détecté dans le foie de rats nourris avec une alimentation contenant du vert de malachite, dans divers tissus de rats après injection intraveineuse de vert de malachite et dans des cultures de microflore intestinale humaine ainsi que celles d'autres mammifères exposés au vert de malachite. Divers dérivés déméthyles du vert de malachite et le N-oxyde du vert de malachite ont été détectés dans des extraits de foie de rats F344 nourris avec une alimentation contenant du vert de malachite et, dans une moindre mesure, dans des extraits de foie de souris B6C3F1 exposées de manière similaire. Les indications mécanistiques étaient « limitées » pour ces composés. Bien que suggestives, les conclusions relatives à la clastogénicité du vert de malachite sur les animaux de laboratoire présentaient des incohérences non résolues. Pour le vert de leucomalachite, les résultats dans les systèmes expérimentaux suggéraient une mutagénicité, mais les études étaient peu nombreuses et restreintes. Il existe des indications « limitées » de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire pour le vert de malachite, car une incidence accrue d'une combinaison appropriée de néoplasmes bénins et malins a été observée, mais seulement chez un sexe d'une seule espèce dans une étude BPL. Chez les rats F344 femelles exposés par l’alimentation, le vert de malachite a provoqué l’adénome ou le carcinome (combinés) à cellules folliculaires de la glande thyroïde5,6. Il existe des indications « suffisantes » de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire pour le vert de leucomalachite. Le vert de leucomalachite a augmenté l'incidence d'une combinaison appropriée de néoplasmes bénins et malins chez les deux sexes d'une espèce dans une étude BPL et chez un sexe d'une autre espèce dans une autre étude BPL. Après une exposition via l’alimentation, le vert de leucomalachite a provoqué desadénomes ou carcinomes (combinés) à cellules folliculaires de la glande thyroïde chez les rats F344 mâles, des adénomes ou des carcinomes (combinés) de la glande mammaire chez les rats F344 femelles et desadénomes ou des carcinomes (combinés) hépatocellulaires chez les souris B6C3F1 femelles5,6.

L’Indice de Couleur Bleu Direct 218 est un colorant azoïque à base de diméthoxybenzidine chélaté par le cuivre, utilisé pour la cellulose, l'acétate, le nylon, la soie, la laine, les tissus, les papiers fins et les produits textiles. Bien qu'il existe un potentiel d'exposition professionnelle à l’Indice de Couleur Bleu Direct 218 pendant la fabrication, le traitement et la teinture, aucune donnée sur les niveaux d'exposition professionnelle n'a été identifiée. L'exposition de la population générale peut se produire par l'intermédiaire de l'air, de l'eau ou de sol contaminés, et éventuellement par contact avec des produits teints. Les indications mécanistiques sont « insuffisantes » puisque les données disponibles sont rares. Les indications de la cancérogénicité chez les animaux de laboratoire étaient « suffisantes » sur la base de l'augmentation de l'incidence de néoplasmes malins chez les deux sexes d'une seule espèce dans une étude BPL, et une augmentation de l'incidence d'une combinaison appropriée de néoplasmes bénins et malins chez un sexe d'une autre espèce dans une autre étude BPL. Après une exposition via l’alimentation, l’Indice de Couleur Bleu Direct 218 a provoqué des carcinomes hépatocellulaires chez les souris B6C3F1 mâles et femelles et des papillomes ou le carcinomes (combinés) spinocellulaires de l'épithélium pharyngé chez les rats F344/N mâles7.

 

Nous déclarons n’avoir aucun conflit d’intérêts.

Monographies du CIRC, Groupe de travail du Vol. 129

Centre international de Recherche sur le Cancer, Lyon, France

 

1. International Agency for Research on Cancer. Volume 129: Carcinogenicity of gentian violet, leucogentian violet, malachite green, leucomalachite green, and CI Direct Blue 218. IARC Working Group. Lyon, France; February 25‑March 5, 2021. IARC Monogr Identif Carcinog Hazards Hum (sous presse).

2. Mitrowska K, Posyniak A, Zmudzki J. Tissue distribution and persistence of malachite green and leucomalachite green in common carp. Med Weter 2008; 64:1055–8. Available from: http://www.medycynawet.edu.pl/135-summary-2008/summary-2008-8/952-summary-medycyna-wet-64-8-1055-1058-2008.

3. Littlefield NA, Blackwell BN, Hewitt CC, Gaylor DW. Chronic toxicity and carcinogenicity studies of gentian violet in mice. Fundam Appl Toxicol 1985; 5(5):902–12. https://doi.org/10.1016/0272-0590(85)90172-1 PMID:4065463.

4. Littlefield NA, Gaylor DW, Blackwell BN, Allen RR. Chronic toxicity/carcinogenicity studies of gentian violet in Fischer 344 rats: two-generation exposure. Food Chem Toxicol 1989; 27(4):239–47. https://doi.org/10.1016/0278-6915(89)90162-2 PMID:2731819

5. National Toxicology Program. Toxicology and carcinogenesis studies of malachite green chloride and leucomalachite green. (CAS Nos 569-64-2 and 129-73-7) in F344/N rats and B6C3F1 mice (feed studies). Natl Toxicol Program Tech Rep Ser 2005; 527(527):1–312. PMID:15891780

6. Culp SJ, Mellick PW, Trotter RW, Greenlees KJ, Kodell RL, Beland FA. Carcinogenicity of malachite green chloride and leucomalachite green in B6C3F1 mice and F344 rats. Food Chem Toxicol 2006; 44(8):1204–12. https://doi.org/10.1016/j.fct.2006.01.016 PMID:16554117

7. National Toxicology Program. NTP Toxicology and carcinogenesis studies of CI Direct Blue 218 (CAS No. 28407-37-6) in F344/N rats and B6C3F1 mice (feed studies). Natl Toxicol Program Tech Rep Ser 1994; 430:1–280. PMID:12616301

 

Lancet Oncol 2021

Article en anglais publié en ligne le 25 mars 2021

https://doi.org/10.1016/ S1470-2045(21)00178-9

Pour plus d'informations sur les Monographies du CIRC, voir https://monographs.iarc.who.int/fr/

 

Prochaines réunions

5–12 octobre 2021, Volume 130 : 1,1,1-Trichloroéthane, hydrazobenzène, N-méthylolacrylamide, diphénylamine et isophorone

8–15 mars 2022, Volume 131 : Cobalt métallique (sans carbure de tungstène ou autres alliages métalliques) et sels de cobalt (II), antimoine trivalent et antimoine pentavalent, et alliage de tungstène de qualité militaire (avec nickel et cobalt) 

7–14 juin 2022 : Volume 132 : Exposition professionnelle en tant que pompier

 

Membres du Groupe de travail de la Monographie du CIRC

F Le Curieux (Finlande) — Président de la réunion ; J M Gohlke (Etats-Unis) ; A Pronk (Pays-Bas) — Présidents de sous-groupes ; WC Andersen (Etats-Unis) ; G Chen (Canada) ; JL Fang (Etats-Unis) ; K Mitrowska (Pologne) ;

PJJ Sanders (France) ; M Sun (Etats-Unis) ; GA Umbuzeiro (Brésil) ; T Umemura (Japon)

Déclaration d'intérêts

Les membres du Groupe de travail déclarent n'avoir aucun conflit d'intérêts.

Spécialistes invités

Aucun

Représentants

R K Elespuru, United States Food and Drug Administration, Center for Devices and Radiological Health, Etats-Unis

Déclaration d'intérêts

Les représentants déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts.

Observateurs

Aucun

Secrétariat du CIRC

L Benbrahim-Tallaa (Responsable) ; F Chung ; F El Ghissassi ; Y Grosse ; KZ Guyton ; W Gwinn ; H Mattock ; D Middleton ; A Miranda-Filho ; MK Schubauer-Berigan ; E Suonio 

Déclaration d'intérêts

Les membres du Secrétariat déclarent n'avoir aucun conflit d'intérêts.

Pour le Préambule des Monographies du CIRC, voir : https://monographs.iarc.who.int/wpcontent/téléchargements/2019/01/Préambule-2019.pdf

Pour les déclarations d'intérêts du CIRC, voir : https://monographs.iarc.who.int/wpcontent/uploads/2021/01/129-participants.pdf

Clause de non-responsabilité

Les opinions exprimées sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement les décisions, la politique ou les points de vues de leurs institutions respectives.

 

Traduit de l’anglais par le Département Prevention Cancer Environnement du Centre Léon Bérard, Lyon, France

Relecture : Groupe des Monographies du CIRC, Groupe Communication du CIRC

18 nov. 2021

Avec le soutien

Respect de la charte HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Dernières actualités