Un site du centreleonberard.fr

Les types d'amiante

Le terme amiante vient du grec « amiantos » signifiant incorruptible. Son synonyme, asbeste, qui vient du latin « asbestos » (incombustible), est utilisé en anglais mais peu en français. Les deux mots désignent des silicates fibreux résistant à la chaleur.

Les minéraux d’amiante

L’amiante correspond à un ensemble de six minéraux naturels appartenant à la classe des silicates, des minéraux de la croûte terrestre.
Il présente des propriétés de résistance au feu, aux attaques chimiques et mécaniques et il peut être tissée. On l’extrait par le broyage de la roche.

 

Les deux familles d’amiante et leurs variétés

Les roches amiantifères, généralement fibreuses, appartiennent à deux familles de silicates : les amphiboles et les serpentines.

 

Les variétés d'amiante
Les familles d'amiante Les variétés
Serpentines le chrisotile (amiante blanc)
Les amphiboles l'anthophyllite
l'amosite (amiante brun)
l'actimolite
la trémolite
la crocidolite (amiante bleu)

 

Les types de fibres les plus courants

Les trois types de fibres les plus exploités industriellement et commercialement, ou bien qui l’ont été, sont :

  • le chrysotile dont les fibres sont blanches et ondulées : il représente 90 % de l'amiante utilisée,
  • l’amosite dont les fibres sont brunes ou grises et droites,
  • la crocidolite qui prend la forme de fibres bleues et droites.

 

Reconnaître un type d’amiante

L'aspect fibreux des minéraux d’amiante est un bon repère pour le reconnaître. On ne peut cependant pas déceler à l’œil nu les fibres d’amiante dont la taille est de 400 à 2.000 fois plus petite qu'un cheveu humain.
Distinguer entre les différentes variétés d’amiante suppose soit de connaître la provenance exacte des échantillons et leur roche mère, soit l'analyse microscopique qui fait apparaître la forme et la taille des fibres.

 

Les présentations variées de l’amiante

Après avoir subi un traitement mécanique, les fibres d’amiante sont ou étaient utilisées pour des usages multiples. La fibre de chrysotile, la plus répandue, était préférée dans l’industrie textile pour son aptitude au tissage.
Avant son interdiction, l’amiante se présentait, en France, sous des formes très variées, selon ses multiples usages : feuille ou plaque d’amiante isolant des fours ou appareils de chauffage, amiante tressé ou tissé entourant des tuyauteries ou appliqué aux vêtements de protection contre la chaleur… L’amiante a aussi été utilisé en vrac pour les flocages (application d'un mélange colle-amiante de revêtement ...), les cloisons coupe-feu ou bien mélangé à des enduits, plâtres ou mortier-colles. La poudre d’amiante pouvait aussi être incorporée au ciment (fibrociment), au revêtement routier (bitume) ou de toiture des habitations ou bien encore à des peintures, matières plastiques ou élastomères (garniture de freins) etc.
Ces mélanges d’amiante à d’autres produits sont encore très présents dans de nombreux bâtiments et sites industriels. Ils le sont souvent sans être repérables visuellement. Parmi eux, l’amiante-ciment (mélange de 90% de ciment, 10% d’amiante avec de l’eau) a été le matériau à base d’amiante le plus utilisé.

 

Type d’amiante et cancérogénicité

Toutes les variétés d’amiante ont été classées cancérogènes (groupe 1 du CIRC et de la liste de l'Union européenne). Elles le sont pour le poumon, la plèvre (mésothéliome), le larynx et les ovaires. Mais l'inhalation de fibres d'amiante peut aussi entraîner d'autres maladies : asbestose, plaques pleurales
Des travaux se poursuivent visant à mesurer les niveaux de toxicité* et de cancérogénicité des fibres d’amiante selon leur longueur et leur finesse.


Sources rédactionnelles : AFSSET, Assemblée Nationale, CIRC, INSERM, Ministère du travail

Auteur : Unité Cancer et Environnement 
Relecture : Dr Alain Bergeret, Directeur adjoint de l'UMRESTTE, Médecin épidémiologiste en santé au travail, Lyon ; Dr Michel Vincent pneumologue, Laboratoire de minéralo-pathologie, CH St Joseph – St Luc, Lyon ; Cécile Chemarin, docteur en science, Laboratoire de minéralo-pathologie, CH St Joseph – St Luc, Lyon

Mise à jour le 21 avr. 2016